Pour ce nouvel article, je vous propose une promenade en bateau. Plus exactement sur une belle fragata, embarcation traditionnelle naviguant principalement sur le Tage. En effet, j’ai eu la chance d’être conviée par Rui Rosado de Nosso Tejo pour cette balade, lors d’une rencontre durant la BTL 2017, le salon du tourisme de Lisbonne. Et je peux déjà vous dire que j’ai ADORÉ cette petite croisière, une expérience unique 🙂

Le Tage

Mais tout d’abord, j’aimerais vous parler du Tage (ou Tejo en portugais), le plus long fleuve de la péninsule ibérique (1009 km). Sa source est située dans la Sierra de Albarracin en Espagne. Il traverse la péninsule d’est en ouest, passant par Tolède, au sud de Madrid.

Le Tage

Avant de se jeter dans l’océan Atlantique, il forme un immense estuaire, appelé la Mer de Paille. Aussi, contrairement à ce que beaucoup de touristes pensent, Lisbonne ne se trouve pas au bord de l’océan! Ce golfe intérieur constitue un excellent port naturel, protégé des tempêtes, idéalement situé au confluent des routes de navigation qui relient l’océan Atlantique Nord et la Méditerranée. En outre, jusqu’au milieu du XXème siècle, le Tage était la principale voie de communication et de commerce entre Lisbonne et les plaines fertiles de l’intérieur du pays. Grâce au fleuve et à la Mer de Paille, Lisbonne fût donc une cité florissante, centre de l’empire portugais à la grande époque des Découvertes. Aujourd’hui, elle n’est plus que la modeste capitale d’un petit pays enclavé mais toujours tournée vers l’océan, avec l’espoir de retrouver un peu de sa gloire passée.

Le Sejas Feliz, vestige vivant d’une époque oubliée

Mais retournons à notre croisière et embarquons sur le Sejas Feliz (Sois Heureux en français), construit en 1947. Ce Bote de Fragata, sorte de chaloupe équipée de deux voiles latines, pouvait ainsi naviguer quelque soit la direction du vent. Transportant hommes, bêtes et marchandises, ces bateaux constituaient le seul lien rapide entre Lisbonne et la rive sud jusqu’aux années 60. Imaginez donc la Mer de Paille couverte de milliers de fragatas, allant et venant, chargeant et déchargeant au rythme des vents et marées.

Fragatas sur le Tage en 1912 Cais de Alfândega

Fragatas, quai de Alfândega en 1912. Joshua Benoliel. Source : AML, PT/AMLSB/CMLSBAH/PCSP/004/JBN/000960

Or, l’inauguration du pont Salazar en 1966 (renommé 25 Avril après la Révolution des Œillets), signa la mise en cale sèche de ces chaloupes, qui furent abandonnées et oubliées. Mais pas toutes, quelques-unes furent heureusement conservées dont le Sejas Feliz qui fût rénové en 2014. Aujourd’hui, ce vestige de l’age d’or du transport fluvial, navigue maintenant pour le seul plaisir des touristes.

Croisière sur la Mer de Paille

A présent, partons sur les flots tranquilles du Tage pour un tour de presque deux heures. Une petite brise rafraîchissante et un soleil plutôt timide nous accompagnaient en ce jour de mars. Bien que le Sejas Feliz navigue désormais à moteur, cela ne gâche en rien le plaisir de la balade, cheveux au vent.

Tout d’abord nous nous dirigeons vers le nord, passant devant Cais do Sodré et la Ribeira das Naus. Le capitaine ralentit l’allure, le temps, pour nous, de saluer les promeneurs prenant le soleil sur les berges du Tage. Ensuite, nous atteignons rapidement le Terreiro do Paço, la plus belle place de Lisbonne (du monde! pour certains). Dommage que les grues de chantiers gâchent la magnifique perspective créée par la symétrie des bâtiments et l’alignement du Cais das Colunas, de la statue de D. José 1er et de l’Arc de la rue Augusta. Nous continuons notre périple jusqu’à la colline du Château São Jorge et là, nous faisons demi-tour pour nous rapprocher de la rive sud.

Le long quai de Cacilhas défile et surgit le Cristo-Rei au sommet de la colline. Enfin, nous arrivons sous l’emblématique pont du 25 Avril. J’ai été très impressionnée de passer sous l’immense tablier de métal. Et bien sûr, je n’ai pas manqué de le prendre en photos sous toutes les coutures! Maintenant, la frégate poursuit sa course pour nous rapprocher du monument des Découvertes, qui tel une proue de caravelle, nous domine. Au pied de la belle tour manuéline de Belém, nous rebroussons chemin. Pour finir, nous passons devant le MAAT (anciennement musée de l’électricité) et son nouvel édifice de l’architecte Amanda Levete. Et déjà nous rentrons au port.

Une expérience authentique et originale

A présent, il est temps de faire un petit bilan. J’ai vraiment apprécié cette croisière à bord du Sejas Feliz. Et quel privilège de naviguer à bord d’une authentique fragata, véritable pièce de musée! J’ai ainsi pu re-découvrir Lisbonne et ses monuments sous un nouveau jour. En plus de la vue, on profite des petits plaisirs de la vie : la chaleur du soleil, le bleu du ciel, les ondoiements des eaux de la Mer de Paille. Pendant cette balade, le temps s’arrête et là, c’est vraiment les vacances 🙂

Par ailleurs, le bateau est spacieux, on peut facilement se déplacer d’un bord à l’autre, permettant de prendre une bonne centaine de photos (dans mon cas, 233 exactement!). Enfin, notre accompagnateur Rui et le capitaine Carlos sont très sympathiques, partageant quelques anecdotes (en portugais, en anglais et un peu en français). En conclusion, une belle expérience et une manière originale de découvrir Lisbonne et le Tage.

Infos pratiques

Départ : terminal  fluvial de Cais do Sodré

Comment s’y rendre :

  • Métro : station Cais do Sodré – ligne verte.
  • Carris : tramways 15E et 18E, bus nº706, 728, 732, 760.

Tous les jours  :

  • Express Cruise (45 min – 15€) : 11h30, 12h30, 14h30, 15h30.
  • Cruise (2h – 25€) : 16h30.
  • Sunset Cruise (2h – 35€ – Welcome drink et musique) : 18h30.

Prévoir un chapeau pour se protéger du soleil. Par ailleurs, une petite laine peut être utile pour une balade en fin de journée. Adapté aussi pour les enfants et bébés. WC.

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site de Nosso Tejo ou Tripadvisor FR.

Découvrir Lisbonne depuis le Tage. Une belle balade en bateau et une expérience unique.

Nota : Je n’ai pas payé pour cette croisière. En revanche, je n’ai reçu aucune directive ou rétribution pour écrire une opinion positive. Je partage sincèrement une expérience que j’ai apprécié personnellement.