Vous êtes dans un restaurant à Lisbonne. Le serveur vous tend le menu et vous demande si vous voulez le couvert. Vous pensez : ben j’ai déjà une fourchette et un couteau, que me veut-il donc ce bon monsieur ? A votre air d’incompréhension, il vous explique que ce sont des petites choses à grignoter avant le repas. Vous avez crapahuté toute la journée et l’estomac dans les talons donc vous acceptez de bon coeur.

Cependant, au moment de régler l’addition, vous vous apercevez que ces « petites choses » sont facturées, en plus de ce que vous avez commandé. Bien sûr, vous râlez et on vous explique que c’est indiqué sur le menu et que vous les avez consommées. Sans pouvoir trouver d’autres arguments, vous acceptez bon gré mal gré de payer la douloureuse.

Une mauvaise expérience que beaucoup de touristes ont vécu

Cette situation, je l’ai bien connue lors de mes premiers mois au Portugal. Et encore, c’était bien pire à l’époque (c’est-à-dire il y a 10 ans), le serveur vous posait d’office le couvert, sur la table, et que vous le mangiez ou non, vous payiez. Entre-temps, une loi a clarifié cette situation aux relents de vente forcée et a imposé une conduite aux restaurateurs.

Pour vous éviter ce genre d’expérience qui peut gâcher votre séjour à Lisbonne, je vais dans cet article tout vous expliquer en répondant à plusieurs questions et surtout la plus importante : le couvert est-il un piège à touriste?

Qu’est-ce que le couvert?

Tout d’abord, il est important de savoir de quoi on parle. Si on regarde dans un dictionnaire portugais, la définition est « un ensemble d’aliments servi au début du repas ».

Dans la plupart des restaurants, on vous proposera des olives, du pain, des petits pâtés, du beurre ou du fromage. Dans d’autres, le couvert se compose de beurres aromatisés, de rillettes de sardines ou de thon, le tout fait maison ou par exemple de tomates fraîches coupées et assaisonnées d’huile d’olive.

Donc, vous l’aurez compris, le couvert est l’équivalent des petites choses que l’on sert à l’apéritif, suivant l’inspiration du cuisinier. Et contrairement à ce que vous pourriez penser, ce n’est pas offert ! En effet, en France, le pain et les mises en bouches n’apparaissent pas sur la note. Au Portugal, tout cela est en plus des plats que vous commandez.

En général, le prix du couvert n’est pas très élevé et souvent les clients le payent sans trop rechigner. Mais à la fin de l’année, cela peut représenter un joli bonus pour les restaurateurs.

Que dit la loi

Maintenant que vous savez ce que c’est, voyons ensemble ce que dit la loi portugaise à propos du couvert.

L’article 135 du Decreto Lei 10/2015 explicite :

Le couvert et son prix doivent être obligatoirement indiqués dans le menu.

Certains restaurants ne précisent pas la composition du couvert d’autres détaillent tout, jusqu’au prix du petit carré de beurre.

– Le couvert est un ensemble d’aliments ou d’apéritifs identifiés dans le menu comme couvert, fournis à la demande du client avant le début du repas.

Les aliments apéritifs ne peuvent être servis que si vous le demandez ou donnez clairement votre accord. Donc, le serveur ne peut vous obliger à les accepter même en les posant discrètement sur votre table.

!

Le menu, ci-dessus, est celui qui respecte à la lettre la loi en détaillant tous les éléments du couvert avec le prix respectif.

Le paragraphe 3 de l’article 135 sujet à polémique

– Aucun plat, produit alimentaire ou boisson incluant le couvert ne peut être facturé s’il n’est pas sollicité par le client ou qu’il n’a pas été  touché.

Le restaurateur ne peut vous obliger à payer des aliments ou plats que vous n’avez pas commandés ou consommés.

A la lecture de ce troisième point, vous vous dites, ben le pain et le beurre sont sur la table, je le mange. Comme je ne l’ai pas demandé, je ne le paierai pas et je vais faire un scandale si c’est sur l’addition ! La loi me protège !

Avant de monter sur vos grands chevaux ou de penser prendre le restaurateur à son propre piège, je vous dis ATTENTION. Comme le confirment des experts, dans le journal Observadorsi le couvert est indiqué sur le menu et que vous l’avez mangé, même sans l’avoir demandé, vous avez implicitement donné votre accord (puisque vous l’avez consommé) et donc vous devez le payer. Ne pas le faire, serait un abus de votre part. En revanche, s’il n’est pas indiqué dans le menu, cela signifie qu’il est offert et que donc, vous ne devez pas le payer.

Situation à risque !

Dans quelques établissements, le serveur va tenter de glisser du jambon sec avec le couvert. ATTENTION ! Vérifiez le prix sur le menu avant d’accepter. Car ce jambon sec peut revenir très cher : 9€ à 15€ les 100g ! Généralement, il provient de cochons noirs, pata negra, élevés en liberté et qui se nourrissent entre autres de glands, bolotas. C’est aussi du vécu et je peux vous dire que mon porte-monnaie a eu mal !

Ci-dessous un exemple. Dans un restaurant, le serveur pose sur notre table, pain, olives et jambon sec, sans nous parler. Cette fois-ci, nous avons accepté le jambon, après avoir vérifié son prix, sur le menu. En revanche, pour un client non averti, ce sont 9 € dans la poche du restaurateur.

Pour rendre les choses plus claires, voici en résumé :

  • Le couvert figure sur le menu, servi et consommé = facturé
  • Le couvert ne figure pas sur le menu, servi et consommé = offert donc non facturé
  • Le couvert figure sur le menu, servi mais non consommé = non facturé

Faut-il accepter le couvert ou non?

Vous savez maintenant, ce qu’est le couvert et que selon la loi, vous n’êtes pas obligé de le consommer. La question que vous vous posez maintenant est : dois-je l’accepter ou le refuser?

Alors, je ne vous conseille pas de refuser systématiquement le couvert. Par exemple, quand nous allons au resto en famille, nous l’acceptons car nous aimons bien manger un peu de fromage  avant le repas (autre coutume portugaise). Et surtout pour faire patienter notre crevette qui se jette dessus, à peine posé sur la table. Toutefois, avant d’accepter, nous vérifions toujours que le prix du couvert est indiqué sur le menu. Ainsi pas de mauvaises surprises. Par ailleurs, j’aime bien les entrées apéritives qui sortent du schéma pain/beurre/olives. C’est ainsi une belle manière de s’ouvrir l’appétit et d’évaluer la qualité de la cuisine.

Mes conseils :

1. Vérifiez que le couvert et son prix sont indiqués dans le menu avant de l’accepter. D’après la loi, c’est obligatoire et donc le restaurateur se trouve en faute si ce n’est pas le cas.

2. Si vous ne souhaitez pas le couvert, vous pouvez le laisser de côté sans y toucher mais je vous conseille de demander au serveur de le reprendre pour éviter ainsi d’être tenté et surtout de possibles malentendus avec l’addition.

3. N’oubliez pas que le pain est aussi en supplément !

Tous les restaurants recommandés par Lisbohème

Que faire en cas d’abus ?

Demandez le livre de réclamation

Les entrées apéritives sont facturées alors que vous ne les avez pas consommées et encore moins commandées, demandez au serveur de rectifier l’addition. Si le ton monte, exigez le livre de réclamations (livro de reclamações). Il est votre arme de défense contre la vente forcée. Dedans, vous expliquez la raison de votre plainte et vous y indiquez vos coordonnées. Ensuite le restaurateur est obligé de transmettre votre plainte à l’ASAE, l’organisme de contrôle, l’équivalent de notre Répression des Fraudes. Cette procédure revient à porter plainte à la police, elle a un caractère officiel qui soumet le restaurateur à un contrôle.

Par ailleurs vous pouvez faire la même chose par internet sur le site : www.livroreclamacoes.pt. Toutefois, votre plainte devra être écrite en anglais ou en portugais, que ce soit sur la version papier ou la version online.

Partagez votre mauvaise expérience sur les sites de voyages

L’autre possibilité est de laisser un avis négatif, en détaillant votre mauvaise expérience, sur des sites comme Tripadvisor, LaFourchette ou le Routard. Vous pouvez aussi le faire dans les commentaires de mon article. Ainsi vous permettrez aux autres voyageurs d’éviter les restaurants aux pratiques douteuses.

Vos armes pour vous défendre

  • Le livre de réclamation : version papier disponible chez le restaurateur ou version online. Equivaut à une plainte officielle à la police.
  • Partagez votre mauvaise expérience sur les sites de voyage ou vos réseaux sociaux.

Le couvert, est-ce vraiment un piège à touristes?

Pour conclure, le couvert est une tradition dans les restaurants du Portugal qui pour nous, habitués à d’autres coutumes, peut être ressenti comme une manière de piéger les touristes.

En outre, aujourd’hui, il n’est définitivement plus un moyen d’arnaquer les clients. De par la loi, les restaurateurs sont obligés de demander l’accord du client, avant de poser une quelconque entrée apéritive, sur la table. De plus, le couvert et son prix doivent figurer au menu. Enfin, vous avez le droit de le refuser, quelque soit la raison.

Toutefois, nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours, il y aura toujours des restaurateurs indélicats. Dans ce cas, je vous donne deux outils pour vous défendre, le livre de réclamations et le partage de votre mauvaise expérience sur les grands sites de voyage. Malgré tout, je suis sûre qu’après avoir lu cet article, vous saurez éviter les pièges du couvert et ainsi passer un super séjour à Lisbonne sans vous sentir comme un pigeon 😉

Comment éviter les pièges du couvert, épingle pinterest

N´hésitez pas à partager ce guide pratique sur vos réseaux sociaux préférés. Vous pouvez aussi laisser vos commentaires en bas de cet article.

A bientôt pour un nouveau post et profitez bien de Lisbonne 😉

4 Commentaires

  1. Solet Edouard

    Merci beaucoup pour tout ces conseils, votre site internet et vraiment génial ! 😀

    Réponse
    • Lisbohème

      Merci Edouard ! 🙂

      Réponse
  2. mercedes ferrari

    Super article, très utile et très bien conçu !
    Merci.
    Mercedes

    Réponse
    • Lisbohème

      Merci Mercedes 🙂
      Bises

      Réponse

Votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.